Une Histoire de la Peinture

1er cycle : chronologique

XVème siècle

1- le Quattrocento:

1

La première Renaissance naît au 15ème siècle en Italie, avec une nouvelle vision du monde, un retour à l’Antiquité et des recherches intenses dans la peinture (perspectives, proportions…). On y voit entre autres Fra Angelico, Mantegna, Piero della Francesca ou Botticelli.

2- la peinture flamande:

2

A l’époque des Ducs de Bourgogne, les Flandres connaissent une apogée de la peinture avec van Eyck, van der Weyden ou Memling. A travers scènes religieuses ou portraits, ces artistes aiment peindre avec minutie la réalité du monde qui les entoure, la matérialité des choses, le décor de leur époque.

XVIème siècle

3- Trois génies: Leonard, Michel-Ange et Raphaël:

3

Trois personnalités exceptionnelles, et trois visions de la beauté, empreintes de mystère, de souffrance ou de bonheur, visions qui vont influencer la peinture jusqu’au 19ème siècle!

4- Venise: la couleur et la lumière:

4

Nous découvrons une autre peinture où priment la lumière et la couleur, à l’image de la ville. Ce nouveau style sera aussi une grande source d’inspiration pour les artistes qui suivront. Son créateur, le Titien, connaît une gloire européenne, et Véronèse et Tintoret nous séduisent aussi!

XVIIème siècle

Pour le 17ème siècle, nous étudions six destins différents: un voyou et assassin; deux vies riches et glorieuses; un petit hobereau âpre au gain; une ascension suivie d’une chute; un aubergiste qui peint deux tableaux par an; destins tragiques ou heureux… tous peintres géniaux et fascinants:

5- Caravage, Rubens, Georges de la Tour

Rest on the Flight to Egypt, Caravaggio c. 1596

Caravage invente un réalisme et un clair-obscur dramatique;

Rubens crée avec bonheur de grandes peintures colorées et mouvementées;

Georges de la Tour nous charme avec ses nocturnes éclairés à la bougie.

6- Velasquez, Rembrandt, Vermeer

6

Dans un style éblouissant, Velasquez peint infantes, roi et bouffons avec la même dignité;

Rembrandt avec sa personnalité hors du commun peint l’âme humaine tout en ombre et lumière; Vermeer, dans ses oeuvres rares et raffinées, nous révèle la poésie du quotidien.

XVIIIème siècle

7- la peinture française: scène de genre, paysage et portrait:

7

A cette époque, la culture française rayonne sur le monde. La peinture se montre décorative, élégante et gracieuse mais aussi rapide et légère, parfois grave et sentimentale.

L’Europe entière admire Watteau, Boucher, Fragonard ou Chardin.

Le «grand genre» domine alors la peinture avec ses scènes religieuses, mythologiques ou historiques. Mais ce n’est plus ce qui nous touche, nous préférons aujourd’hui les scènes galantes ou quotidiennes, les portraits aprêtés ou plus spontanés, et la vision de la nature en pleine évolution:

C’est ce que nous étudierons!

XIXème siècle

8- classicisme et romantisme:

8

Voici une des premières batailles artistiques entre classiques et modernes, tenants de la ligne contre tenants de la couleur! On se dispute dans les salons et les journaux. David et Ingres ou bien Géricault et Delacroix, deux conceptions de la peinture.

9- l’impressionnisme:

9

Un groupe de jeunes artistes décide de rompre avec l’académisme des salons, et de peindre dehors, avec rapidité, pour saisir le monde moderne et la beauté fugace de la nature; ils sont incompris et connaissent souvent la misère… Aujourd’hui leurs tableaux dépassent tous les records de prix!

Fin XIXè – début XXème siècle

10- le mouvement symboliste en Europe:

10

Comment peindre l’invisible: l’amour, la mort , les rêves ou les cauchemars, le désir et la sensualité, l’étrange ou la spiritualité? Les peintres symbolistes s’y sont essayés à travers des styles très différents, des expériences picturales qui donneront naissance à la peinture du 20ème siècle. Puvis de Chavannes, Maurice Denis et Odilon Redon, Ensor et Munch, mais aussi Mucha et Klimt!

11- les nabis:

11

Le mot “nabi” signifie “prophète” en hébreux et c’est par ce terme volontairement ésotérique qu’un groupe de jeunes peintres choisit de se désigner dans les années 1880. Ils veulent affirmer leur différence et leur volonté de rénover l’art sous toutes ses formes. Sérusier, Bonnard, Vuillard ou Maurice Denis créent des tableaux souvent intimistes mais aussi de grands ensemble de peinture décorative, oeuvres qui ont contribué à l’avènement

de la peinture moderne.

2ème cycle : thématique et géographique

12- histoire de la nature morte

12

La nature morte, ou “vie silencieuse”, est au cours des siècles un genre souvent considéré comme mineur mais toujours apprécié et qui nous a donné de nombreux chefs d’oeuvres. En l’étudiant du 15è au 19ème siècle, nous verrons comment la nature morte se dégage de la peinture religieuse pour devenir un sujet à part entière, nous découvrirons son symbolisme, nous nous attarderons sur son apogée au 17è siècle hollandais, au 18è nous admirerons Chardin, et enfin au 19ème siècle nous verrons les voies nouvelles que la nature morte ouvre à la peinture.

13- histoire du paysage

13

Pendant longtemps peu de gens ont l’idée d’admirer la nature, trop omniprésente et souvent contraignante, et il faudra le regard des peintres et des poètes pour en découvrir les beautés.

Alors longtemps le paysage n’est qu’un arrière-plan derrière un portrait ou une scène religieuse et il lui faudra plusieurs siècles pour s’émanciper de tout autre sujet!

Nous suivrons l’évolution de ce genre de la peinture en admirant des paysages imaginaires, puis classiques, décoratifs ou réalistes et nous nous attarderons sur le 19ème, “siècle du paysage” avec l’Ecole de Barbizon puis les impressionnistes.

14- histoire du portrait

14

Le désir de se faire portraiturer est très ancien! Le portrait est un genre complexe et fascinant; il a deux fonctions: la commémoration (laisser le souvenir de soi) et la représentation (montrer comme on est important), le rôle du commanditaire est donc prépondérant, quelle part de liberté et de créativité laisse-t-il à l’artiste?

Etudier l’histoire du portrait du 15è au 19ème siècle permet aussi, à travers la contemplation de nombreux chefs-d’oeuvres, de voir l’évolution du goût, de la beauté, de la société… et des styles de peinture.

15- les primitifs italiens

15

Il s’agit, au 14ème siècle en Italie, du commencement de l’extraordinaire développement de la peinture occidentale; ou comment l’Eglise, qui comprend qu’une belle image vaut mieux qu’un long discours, demande aux artistes des peintures plus lisibles, plus naturalistes et qui sachent toucher ceux qui les regardent. Giotto, Duccio, Lorenzetti, Martini et les autres vont y répondre en humanisant les personnages sacrés et en les plaçant dans des décors contemporains: C’est ainsi que vont commencer les recherches des canons et des critères de la peinture!

16- le XVIè siècle allemand

16

C’est une période moins connue et pourtant il y a là une peinture extrèmement belle et originale.

Venez découvrir Dürer, le plus grand peintre allemand, célèbre aussi pour ses autoportraits, ses gravures, ses aquarelles, ses écrits théoriques ou autobiographiques.

Venez admirer Holbein, le “Raphaël allemand”, un des plus célèbres portraitistes de l’histoire de la peinture qui travaillera longtemps pour la cour d’Angleterre. Vous serez étonnés devant Cranach, ami de Luther, à la peinture étrange et sensuelle. Et il faut connaitre Grünewald et son extraordinaire rétable d’Issenheim à Colmar.

17- le XVIIIème siècle vénitien: décors et vedute

Canaletto - Museo Thyssen-Bornemisza 77 (1962.1). Title: Il Bucintoro. Date: c. 1745-1750. Materials: oil on canvas. Dimensions: 57 x 93 cm. Acquisition date: 1962. Nr.:77 (1962.1). Colección Thyssen-Bornemisza, en depósito en el Museu Nacional d'Art de Catalunya (MNAC). Source: http://arthistoryreference.com/la/6046.jpg

Pendant le 18ème siècle, Venise est en pleine décadence politique et économique et pourtant brille de mille feux artistiques et culturels. Tiepolo crée des décors et des fresques somptueuses pour les palais et les villas: les princes et rois l’appelleront dans toute l’Europe. Et puis il y a toutes ces vues de Venise qui font rêver les visiteurs de cette ville magique: Canaletto et Guardi peignent avec poésie canaux, gondoles, places, palais et églises. Enfin Longhi nous montre une société décadente qui s’étourdit dans les plaisirs, les fêtes et les carnavals.

18- l’Age d’Or de la peinture hollandaise

18

Le 17ème hollandais est le siècle de Rembrandt et de Vermeer mais aussi celui d’un engouement sans précédent pour la peinture: Cinq millions de tableaux seront peints pendant ce siècle! De nombreux artistes se spécialisent dans des genres différents (paysages, marines, scènes de genre, natures mortes…) et atteignent une perfection rarement égalée. C’est aussi à cette époque que les peintres estiment que la vie quotidienne, les objets qui les entourent et la campagne environnante sont dignes d’être peints, sans ajouter des prétextes mythologiques ou religieux: Voilà une vraie révolution qui mettra du temps à s’étendre en Europe!

19- la peinture espagnole du Greco à Goya

19

On peut parler d’une peinture tout à fait particulière, empreinte de mysticisme et de réalisme, d’austérité et d’imagination. Tout commence vraiment avec le Greco et ses peintures visionnaires, insolites et d’une étonnante modernité. Puis arrive le Siècle d’Or de la peinture espagnole, le 17ème, avec le grand Velasquez que Manet appelait le “peintre des peintres”, Zurbaran qui exprime l’ascétisme monastique tout en ombres et lumières, Ribera dit “il Spagnoletto” qui travaille à Naples, et Murillo avec ses oeuvres tendres et sentimentales. Fin 18ème apparait un artiste original et novateur qui veut peindre “d’après son imagination”, c’est Goya!

20- la peinture française au XVIIè

20

C’est sous Louis XIII et Richelieu puis Anne d’Autriche et Mazarin que s’épanouit l’aventure de la peinture française, peinture qui rayonnera sur l’Europe jusqu’à la guerre de 14! Plusieurs artistes nés sous Henri IV refusent les formations auprès des anciennes corporations, et préfèrent vivre et étudier à Rome quelques années. Ces peintres vont choisir des voies variées: caravagisme, réalisme, classicisme ou baroque. Vouet, Poussin, le Lorrain, le Nain, Champaigne sans oublier Georges de la Tour représentent cette première génération de grands peintres français.

21- la peinture anglaise

21

Jusqu’au 18ème siècle, les riches anglais importent des tableaux du continent ou font venir des peintres célèbres comme Holbein ou van Dyck. Puis avec Hogarth commence une belle peinture anglaise, que continuent Gainsborough et Reynolds. Portraits et paysages sont les genres privilégiés où les anglais excellent.

Deux grands peintres vont avoir un rayonnement européen, il s’agit de Constable qui renouvelle le paysage, et Turner qui, partant d’une peinture classique, ira jusqu’à une peinture quasi abstraite avec la dissolution du motif et la fusion de la lumière et des couleurs.

Publicités